• Slide FESJ 2015

Belgique – Angleterre : tristes retrouvailles

ANGBEL.png

AVANT-MATCH - La Belgique et l'Angleterre se retrouvent pour la « petite finale » cet après-midi (16h). Des retrouvailles entre deux nations déçues, qui se sont déjà affrontées au premier tour.

 

La notion de podium n'a pas la même importance selon les sports. En athlétisme, par exemple, la médaille de bronze est une récompense. Certes, moins belle que ses sœurs d'or et d'argent, mais avec sa beauté. Dans le football moderne, dès lors que l'on parle de matchs à élimination directe, le podium n'a plus d'importance. En Ligue des champions, par exemple, ou lors d'un Euro, tous les quatre ans, on ne départage pas les deux demi-finalistes malheureux. De toute façon, le troisième ne montera sur aucun podium.

Mais ce match-ci, il va falloir le jouer. Et tant pis si les deux équipes n'ont plus le cœur à ça. Cette « petite finale » comme on l'appelle, ou « finale de la consolante » comme on nommait ce genre de rencontre quand nous étions enfants. Un match dur, mais qui a au moins le mérite d'offrir un vainqueur un petit quelque chose symbolique à ramener au pays.

Les deux équipes se retrouvent au pied d'une finale qu'elles ne pourront que regarder demain. Ces deux nations qui s'étaient déjà rencontrées en phase de poule, pour une victoire belge avec des équipes B (1-0). Et sur le papier, la Belgique a encore une fois l'avantage, que ce soit par le jeu qu'elle a pu proposer, ou par les adversaires vaincus (Japon et Brésil, contre Colombie et Suède). Les Diables Rouges, qui pourront compter sur le retour du parisien Thomas Meunier à la droite de leur défense, ont proposé un jeu porté vers l'avant, le tout avec un Eden Hazard de plus en plus inspiré au fur et à mesure de la compétition. A l'inverse, l'influence d'Harry Kane, le capitaine anglais, a chuté avec les échéances, et le jeu des Three Lions, déjà pas fameux en phase de poule, s'en est ressenti. Les joueurs de Gareth Southgate, qui avaient pourtant ouvert le score face à la Croatie en demie, ont reculé pendant plus d'une heure, avant de voir tomber la sentence, qui se faisait de plus en plus inéluctable avec les minutes. Acteur contre spectateur.

Le match dans le match : Lukaku – Kane

Malmené par le duo Varane-Umtiti en demi-finale, l'avant-centre belge Romelu Lukaku est revanchard. Auteur de quatre buts depuis le début de la Coupe du monde, l'attaquant de Manchester United aura à cœur de montrer que ses absences contre les Bleus n'étaient que le fruit d'une mauvaise passe, aussi bien au sens propre qu'au figuré.
Mais Harry Kane, le capitaine des Three Lions, doit lui faire oublier ses performances plus que moyennes depuis les huitièmes de finale. Le meilleur buteur de la compétition (6 buts), qui devrait le rester, a le choix entre rendre une copie blanche foncée, ou noire claire. A lui de choisir, pour peu que ses coéquipiers se décident à monter leur niveau. Il serait temps.

 

Le prono de la rédaction : Belgique 2 – 1 Angleterre.

Photo : AFP.

 

Derniers articles

Dernières vidéos