Le problème des 500 parrainages ressurgit

500signatures.jpg

Avant le premier tour de l'élection présidentielle, il y a une première étape à franchir. Celle des 500 signatures d'élus.  Beaucoup de "petits" candidats redoutent de ne pas les obtenir.

 

 

Les candidats doivent déposer au Conseil constitutionnel leurs 500 parainages avant le 16 mars prochain pour pouvoir se lancer dans la course à l'Elysée. Le débat ressurgit à chaque élection présidentielle et cette fois, il a été lancé par Marine Le Pen. La présidente et candidate du Front National (FN) souhaite que les parrainages deviennent anonymes. D'autres souhaitent que ce système soit remplacé car discriminatoire vis-à-vis des "petits" candidats. Rappelons que cela avait été mis en place en 1965 afin d'éviter les candidatures loufoques. Marine Le Pen s'est rendue au Congrès des maires de France la semaine dernière pour obtenir de nouveaux parrainages.

Atttention quand même car le FN joue à ce petit jeu à chaque élection présidentielle. En 1995, 2002 et 2007, son père, Jean-Marie Le Pen expliquait à chaque présidentielle connaître cette difficulté et subir des pressions des grands partis. Le FN a présenté un candidat à chaque élection présidentielle depuis 1988. Difficile d'imaginer la candidate du Front National qui est crédité de 18% d'intentions de vote de ne pas être présente au premier tour, le 22 avril prochain.

montage-500-parrainages_pics_390

D'autres candidats connaissent des difficultés

Marine Le Pen n'est pas la seule à connaître ces problèmes. Pour Christine Boutin, Philippe Poutou, Corinne Lepage, Nathalie Arthaud et Nicolas Dupont-Aignan le problème se pose.

Pour les deux derniers, ils seront très certainement sur la ligne de départ. Le président de Debout la République explique:"Je suis à 390 signatures et nous irons au-delà des 500". Nathalie Arthaud va avoir la lourde tâche de remplacer Arlette Laguiller, six fois candidate à la présidence de la République. Un atout non négligeable pour obtenir les fameuses 500 signatures.

Qui alors de Christine Boutin, Philippe Poutou ou encore de Corinne Lepage réussiront à avoir leurs 500 signatures? Pour eux, le parcours semble semer d'embûche. Ils ne sont absolument pas sûr d'obtenir les précieux sésames. Car avoir un candidat à la présidentielle permet de rentrer dans le débat politique et médiatique. C'est une rampe de lancement avant les législatives qui suiveront quelques semaines plus tard.

Welcome 200GBP Bonus at William Hill here.

Derniers tweets

Cette semaine au cinéma: Night Call, portrait d'un obsessionnel: CRITIQUE - Chaque vendredi, Valentin Pimare ... http://t.co/QVRkGdRuPO

Fréquence ESJ

Cette semaine au cinéma: Hunger Games - La Révolte Partie 1: rien de vraiment révolutionnaire: CRITIQUE - Cha... http://t.co/ETdRNoGyE9

Fréquence ESJ

RT @ESJParis: Petit-déjeuner proposé par Fréquence ESJ: Tous les étudiants et le personnel de l'ESJ Paris étaient conviés à ... http://t.co

Fréquence ESJ