Opération mobilisation chez Les Républicains à Paris

Francois_Fillon_Photo_FESJ.jpg

PRESIDENTIELLE/MEETING – À exactement deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle, François Fillon a mobilisé tous ses soutiens pour un dernier coup de force parisien.

« Fillon président ! Fillon président ! » 20 000 personnes, selon l’organisation, scandent le nom du candidat de la droite qui vient de faire son apparition dans le hall 3 de la porte de Versailles à Paris. Alors que Jean-Luc Mélenchon revient sur lui dans les sondages, il n’y plus d’autres options que de rassembler sa famille politique dans un meeting d’envergure. Drapeaux français, slogans en pagaille et… peu de chaises. Parmi les milliers de sympathisants, beaucoup ont du rester debout dans les allées ou à l’arrière de la salle. Tantôt tendu, tantôt électrique, l’ambiance reflète le nouvel élan de François Fillon alors que la campagne officielle vient tout juste de commencer. Les soutiens prennent la parole un à un, pour vanter les mérites de leur champion ou pour rappeler à quel point leur désir d’alternance est le plus crédible pour tourner la page du quinquennat Hollande. Valérie Pécresse se permet même une petite pique : « Voter pour Asselineau, Lassalle, Cheminade, Poutou ou Arthaud, c’est voter Macron ! Ce sont des voix perdues ! ». Luc Chatel pratique la surenchère en passant à son tour derrière le pupitre : « Préparez vos valises, François Fillon arrive ! ». La salle applaudit, convaincu par les discours pro-fillonistes sauf celui de… NKM. D’abord huée, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a encensé son ancien Premier ministre pour convaincre la salle de sa bonne foi. Pari réussi, la famille est unie… Officiellement.

Un discours à droite toute

Tout au long de son discours, François Fillon s’en est pris surtout au candidat d’En Marche !, Emmanuel Macron. Selon lui, la France qu'il propose demain, c’est “le marketing du vide [...] un gigantesque espace de co-working où chacun vasque à ses occupations”. Le candidat de la droite et du centre a rappelé les propositions phares de son programme. Réduire les effectifs de la fonction publique de 8%, une mesure qui mettrait fin en contrepartie au gel de leurs salaires. Il est revenu sur sa position ferme concernant l’immigration: “L’immigration sans intégration, sans assimilation, doit être stoppée”. François Fillon a également appelé à coopérer avec les musulmans de France, convaincu qu’"un islam des Lumières, un islam de progrès est possible". Le candidat LR s’est largement attardé sur le rôle majeur que doit jouer la France au sein de l’Europe: “Mon objectif c’est de faire de la France la première puissance européenne en dix ans. [...] Un pays qui puisse orienter l’Europe au lieu de la subir”. A la fin de son discours, François Fillon n’a pas hésité à adresser un message à ses rivaux qui le distancent encore dans les sondages: "Croyez-moi, si je vous dis que la victoire se donne rarement à ceux qui croient avoir déjà course gagnée".

Photo : Baptiste Denis/Fréquence ESJ