Mélenchon/Hamon : le weekend des coups de force

Marche_Melenchon_Photo_FESJ.jpg

MEETINGS/2017 – Au coude à coude depuis quelques semaines, les deux candidats de la gauche ont mobilisé leur camp ce weekend. Depuis l’échec d’une alliance, la lutte fratricide a passé un cap dans des meetings de très grande envergure. 

Une marche pour l’un, un Bercy pour l’autre. Ce weekend aura été celui de la gauche, non pas pour se fédérer mais pour s’affronter. Après l’échec des négociations d’alliance entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, l’heure est à la conquête de l’électorat de gauche. Samedi, le leader de la France Insoumise a rassemblé près de 130 000 personnes selon les organisateurs lors de sa marche pour la VIème République. En effet, une foule assez compacte a battu le pavé à Paris entre la place de la Bastille et celle de la République. Jean-Luc Mélenchon avait bel et bien réuni tous ses soutiens mais peinent encore à s’élargir, lui qui stagne à 11% des intentions de vote depuis cinq ans. Entouré de Danielle Simonnet, Younous Omarjee, Pierre Laurent ou encore l’auteur Laurent Binet (Lauréat du Goncourt du premier roman en 2010 pour « HHhH »), l’ancien président du Front de Gauche a solidifié son noyau dur. De très nombreux militants ont même fait de longs déplacements depuis toutes les régions de France grâce aux « cars insoumis » mis à disposition à bas prix. Tout ça dans le but de réclamer une VIème République plus égalitaire, prônant l’indépendance des médias, le droit de vote à 16 ans, l’instauration de l’IVG dans la constitution ou encore la révocation des « politiques corrompus ».

Benoît Hamon à gauche toute

Le lendemain de la marche, Benoît Hamon a souhaité lui aussi marquer un coup de force dans la campagne en remplissant Bercy. L’objectif est simple : rassembler la gauche pour s’en assurer le monopole de l’électorat. Oscillant entre 12 et 14% selon les sondages, beaucoup de militants croient en « une remontada » du candidat socialiste alors que François Fillon perd du terrain sondage après sondage. Entouré de ténors du parti comme Jean-Christophe Cambadélis, Christiane Taubira ou Anne Hidalgo, Benoit Hamon a aussi pu compter sur une forte présence des Verts autant dans le public que chez les officiels. Yannick Jadot, Emmanuelle Cosse ou Cécile Duflot ont fait le déplacement pour soutenir le vainqueur de la primaire de janvier dernier.

Jean-Luc Mélenchon de son côté et Benoit Hamon du sien ont rassuré leur électorat et surement donné un nouvel élan à leur campagne grâce à ces rassemblement géants. À eux deux, ils pourraient potentiellement peser près de 25% des votes français le 23 avril prochain. Mais leur avenir n’est pas commun puisqu’ils ont décidé de jouer la carte de la traversée en solitaire. Ils ne leur restent que 35 jours pour convaincre.

Photo : Baptiste Denis/Fréquence ESJ

Derniers articles

Dernières vidéos