Nicolas Taupin : « On fait notre devoir de citoyens »

Nicolas_et_Sebastien_Taupin.jpg

2017/PETITS CANDIDATS – Ils sont loin des projecteurs et des caméras, nous allons donc vous les faire découvrir. Qui ? Les candidats oubliés de cette élection présidentielle ! Voici Nicolas et Sébastien Taupin, jumeaux et cofondateurs du Réveil de la France.

Ils sont jumeaux, ont 23 ans, tous deux ingénieurs et… candidats à l’élection présidentielle. Nicolas et Sébastien Taupin fondent en juin 2015 « Le Réveil de la France », un mouvement politique qui se traduit en démocratie collaborative sur le net. Le succès a rapidement été au rendez-vous puisqu’entre octobre 2015 et octobre 2016, environ 1500 personnes ont soumis des idées au duo pour améliorer le pays. Nicolas est content de cette réussite mais il l’affirme : « C’est bien d’avoir une méthode mais désormais il faut du concret ». Et du concret, il y en a. Le projet des jumeaux se décrit en douze innovations qui forment les douze grandes lignes de leur candidature. L’une d’entre elle est le modèle éducatif français. « Nous souhaitons créer des écoles libérées » explique Nicolas Taupin, « notre théorie s’appuie sur les entreprises libérées et sur le fait qu’il faut simplifier l’organisation, ne plus donner de contraintes, plus faire confiance à l’employé pour augmenter son bien-être ». Bien évidemment, les fondateurs du mouvement souhaitent appliquer ça à l’échelle nationale pour fonder un « Etat libéré » qui ferait confiance à ses citoyens.

« Nous voulons être les porte-parole de la jeunesse »

Avec une volonté de « réinventer les formes d’engagement » face à des « partis politiques vieillissants », Nicolas et Sébastien Taupin veulent « apporter une autre voix », celle des jeunes. Mais comment être pris au sérieux dans une élection présidentielle lorsqu’on a 23 ans ? « Pas facile », avoue Nicolas mais il explique faire « son devoir de citoyen en réconciliant les jeunes avec la politique ». Malgré une campagne poussive mais quelques apparitions dans les médias et la publication d’un livre détaillant le programme du binôme, ils revendiquent « une centaine de promesses de parrainages ». « On a contacté beaucoup d’élus mais ils vont tous attendre le dernier moment » déplore Nicolas. En 2012, seulement 36% des élus avaient apporté leur soutien à un candidat et les nouvelles règles de transparence ne risquent pas de faire monter les scores. De quoi penser à une candidature aux législatives ? « Pourquoi pas ? ».

Derniers articles

Dernières vidéos