Aurore Bergé : "ne pas avoir eu Alain Juppé, c'est du gâchis"

aurore-berge-sia-2017-FESJ.png

INTERVIEW/VIDÉO - Pour ce troisième jour du salon de l’Agriculture, Aurore Bergé ouvrait le bal sur le plateau d’ « A travers champs ». Ex-soutien d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre, Aurore Bergé a récemment apporté son soutien à Emmanuel Macron. Loccasion pour elle d’aborder ce ralliement, le programme social et agricole proposé par son nouveau poulain mais aussi de répondre aux questions dactualité politique.

Liée à la droite (UMP puis Les Républicains) depuis son arrivée en politique, AuroreBergé est un soutien éternel d’Alain Juppé. Mais lorsque François Fillon remporte la primaire de la droite et du centre, elle « ne s’y retrouve plus ». Elle décide de rejoindre le jeune mouvement En Marche!, en qui elle croit, et arbore fièrement une définition delle-même claire et précise : « Libérale, progressiste, féministe ».

Salon de lAgriculture oblige, la jeune élue des Yvelines a évoqué les propositions agricoles de son candidat. Favoriser les agriculteurs dans la négociation avec les distributeurs, lutter contre la volatilité des prix et augmenter le pouvoir dachat des agriculteurs sont les points à retenir. Pour Aurore Bergé et pour le désormais deuxième dans les sondages, lagriculture est « un enjeu de souveraineté nationale ». Eleveurs, maraîchers, céréaliers et autres « ne veulent pas vivre daides mais de leur travail ». Elle en a profité pour rappeler que son candidat présentera son programme complet jeudi, le 2 mars.

Sur le plan social, Aurore Bergé oriente ses propos sur les mesures d’égalité homme-femme d’Emmanuel Macron. Avec cette « nouvelle offre politique », elle compte bien « frapper fort » et sanctionner les entreprises et partis fautifs. Des amendes plus élevées en partie, mais aussi « valoriser les entreprises vertueuses » sont les solutions à mettre en place.

Qualifiée d’opportuniste par ses anciens compagnons de route républicains, AuroreBergé a fait le choix de rejoindre lex-ministre de lEconomie le 4 février, après le meeting lyonnais du candidat à la présidentielle : « j’y ai vu des jeunes, des trentenaires, des quadra, mais aussi des drapeaux européens, pour la première fois de ma vie dans un meeting ». Ce choix est une rupture avec son ancien parti Les Républicains. « Les valeurs fondatrices de lUMP ont été bafouées » et Aurore Bergé ne retrouve ni ses convictions, ni cohérence. Une rupture aussi avec un candidat, François Fillon, qu’elle considère comme « flou » sur le droit des femmes et l’IVG. Concernant le « PenelopeGate », Aurore Bergé affirme que ce nest pas cela qui a décidé son choix, mais le « renforce ». L’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy « ne se retirera pas, mais il est vulnérable ». Une faiblesse qu’Aurore Bergé et En Marche! comptent sûrement exploiter pour amener Emmanuel Macron à l’Elysée.

Voir ou revoir l'émission


A travers champs - 27-02-17 - Aurore Bergé et... par FrequenceESJ