Geoffroy Didier sur Fillon : « on ne se laisse pas impressionner par les soubresauts judiciaires ou les feuilletons médiatiques »

geoffroy-didier---salon-agriculture-2017---photo-lucas-pierre.png

INTERVIEW/VIDEO - Geoffroy Didier (Les Républicains) était le premier invité politique de l’émission « A travers champ » au salon de l’Agriculture le 25 février. L’avocat et actuel vice-président du conseil général d’Ile-de-France chargé du logement est revenu sur la place de l’agriculture dans la première région de France, mais aussi sur ses convictions politiques.

C’est parti, le salon de l’Agriculture a ouvert ses portes ce samedi 25 février à 9h. Pendant neuf jours, plus de 650 000 personnes sont attendues dans les allées de la plus grande ferme de France. Selon Geoffroy Didier, « la moitié du territoire francilien est consacré à l’agriculture ». Avec 770 000 hectares de terres agricoles, le secteur primaire tient une place importante au sein de la région parisienne. Pourtant, l’agriculture voit chaque année son territoire se réduire, peu à peu, face à l’étalement urbain.

Geoffroy Didier rappelle qu’il y a 60 000 habitants de plus en l’Ile-de-France chaque année, mais la compatibilité entre agriculture et logement est possible. « Nous ne payons pas les promoteurs pour qu’ils grignotent du territoire agricole » affirme-t-il. Une nouvelle ère d’urbanisation arrive : « il faut réussir à créer des bassins d’emplois, qui soient aussi des bassins de logement ». Un défi face à l’organisation actuelle de nos cités. Le vice-président propose de protéger les petites fermes des grosses structures, de plus en plus nombreuses en Ile-de-France et dans le reste du pays. « Il faut les protéger et faciliter le circuit court ». 

« On m’a souvent reproché de clamer haut et fort mes convictions »

Diplômé de l’IEP de Paris, de l’ESSEC, de l’université Panthéon-Assas et de l’université de Colombia (États-Unis), écrivain, Geoffroy Didier est avocat au Barreau de Paris. Il propose sa candidature à la primaire de la droite et du centre en novembre dernier, mais il renonce, faute de parrainages. Geoffroy Didier n’a pas hésité alors à soutenir Alain Juppé, avant finalement de s’engager corps et âme auprès du gagnant de la primaire, Francois Fillon. Bon nombre de détracteurs n’ont pas hésité à critiquer ses changements intempestifs : « on m’a souvent reproché de clamer haut et fort mes convictions » se justifie Geoffroy Didier. Des convictions représentées par Francois Fillon, aujourd’hui en danger.

Face aux affaires dans lesquelles le candidat de la droite à l’élection présidentielle est mêlé, Geoffroy Didier a affirmé qu’il continuerait de  « défendre la présomption d’innocence de chacun ». L’avocat l’avait fait lors des premières accusations envers Jérôme Cahuzac, avec qui il n’a aucun lien, cinq ans plus tôt. François Fillon ne peut pas se retirer selon le Républicain. Il faut une « alternance forte » pour les millions de français qui veulent du changement. Geoffroy Didier affirme que les français sont intelligents, et qu’ils sauront évaluer les projets des uns et des autres. « On ne se laisse pas impressionner par les soubresauts judiciaires ou les feuilletons médiatiques. »

Photo Lucas Pierre/Fréquence ESJ

EMISSION


A travers champs - 25-02-17 - Geoffroy Didier... par FrequenceESJ