Michèle Rivasi : "Yannick Jadot a environ 260 signatures"

Michele_Rivasi_Photo_FESJ.jpg

2017, L'INVITÉ - Mardi 24 janvier, sur Fréquence ESJ et Air Show, l'émission « 2017 l'invité » a reçu Michèle Rivasi, députée européenne EELV. Finaliste lors de la primaire de son parti, elle soutient maintenant Yannick Jadot qui a été choisi pour porter les couleurs d'EELV à l'élection présidentielle.

La primaire de la Belle alliance populaire marque-t-elle la fin du Parti socialiste ? Les deux gauches incarnées par Benoit Hamon et Manuel Valls pourraient provoquer à l'issue de la primaire une scission au sein du parti. « Cette primaire montre le coté écartelé du parti socialiste entre les positions de Valls et les positions de Hamon », explique-t-elle. « Je pense que ça va être la scission du parti socialiste, il y aura un nouveau parti qui va se créer et si il se recrée sur des bases innovantes en fonction des différents défis auxquels on est confronté, je dis pourquoi pas ».

Et cette scission pourrait être provoquée si Benoit Hamon l'emporte dimanche, par des électeurs de Manuel Valls qui préfèreront soutenir Emmanuel Macron. « Je pense que si c'est Hamon, il faut absolument qu'il y ait un rassemblement entre Yannick Jadot et Mélenchon sur un projet et puis on verra quelle est la personne la plus adéquate pour porter ce projet ».

Hollande absent de la primaire

François Hollande ne s'est pas du tout investit durant la campagne de la primaire. Il ne soutient officiellement aucun candidat, et n'ira pas voter au second tour. Le 22 janvier, jour du premier tour, le président de la République était au Chili. « Je pense que c'est quelqu'un qui a complètement lâché, il n'est plus avec les autres et il ne veut plus jouer de rôle dans la politique puisqu'il a été renié par les Français et son propre parti ».

Le revenu universel était au centre du débat durant la primaire de la gauche, Manuel Valls a déclaré que cette mesure « ruinerait le pays par une augmentation massive de la dette », un avis que ne partage pas la députée européenne qui avait elle-même défendu le revenu de base durant la primaire des écologistes. « Pour moi c'est un revenu d'émancipation il ne s'agit pas de passer du jour au lendemain à un revenu de base mais de dire par exemple que pour les personnes qui n'ont pas de travail et qui sont dans la survie et non dans la vie, il faut introduire ce revenu de base ».

Yannick Jadot pas certain d'avoir les 500 signatures

Yannick Jadot a été désigné comme candidat à l'élection présidentielle lors de la primaire EELV. Il ne reste plus au député européen qu'à trouver les 500 signatures d'élus pour rentrer officiellement dans la course présidentielle. « J'œuvre beaucoup dans la recherche des 500 signatures, les derniers chiffres je ne les ai pas mais nous sommes autour de 260 signatures, mais il en faut 500 ». Depuis 1974 les écologistes ont toujours eu un candidat lors de l'élection présidentielle. Cette année c'est un peu plus compliqué, mais Michèle Rivasi ne désespère pas. « On a moins d'élus qu'avec Eva Jolly, on avait eu plus de 600 signatures, là on a perdu beaucoup de conseiller régionaux, mais il y a des maires qui se disent que l'écologie est l'avenir. »