Warning: imagecreatefromstring(): Data is not in a recognized format in /home/frequencr/www/plugins/content/multithumb/multithumb.php on line 1543

Warning: imagecreatefromstring(): Data is not in a recognized format in /home/frequencr/www/plugins/content/multithumb/multithumb.php on line 1543
Multithumb found errors on this page:

There was a problem loading image http://www.courrier-picard.fr/var/plain_site/storage/images/actualites/france/proces-louis-renault-l-histoire-prend-le-pas-sur-le-juridique-devant-le-tgi/6406088-1-fre-FR/Proces-Louis-Renault-l-Histoire-prend-le-pas-sur-le-juridique-devant-le-TGI_reference.jpg
There was a problem loading image http://www.courrier-picard.fr/var/plain_site/storage/images/actualites/france/proces-louis-renault-l-histoire-prend-le-pas-sur-le-juridique-devant-le-tgi/6406088-1-fre-FR/Proces-Louis-Renault-l-Histoire-prend-le-pas-sur-le-juridique-devant-le-TGI_reference.jpg

Le Courrier Picard

Les sept petits-enfants de Louis Renault demandent réparation à l'Etat pour la nationalisation de la firme automobile en 1945. Accusée d'avoir collaboré avec l'Allemagne nazie, l'entreprise de Boulogne-Billancourt avait été sanctionnée par une ordonnance de confiscation, décidée entre autres par le Général De Gaulle.

Devant le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris, ce mercredi, c'est une page d'histoire qui s'ouvre à nouveau. Le rôle de Renault pendant la Seconde Guerre mondiale a toujours passionné les historiens. Collaboration volontaire ou forcée ? Les héritiers Renault ne prétendent pas vouloir répondre à cette question. Ils réclament une indemnisation. Pour l'obtenir, ils s'appuient sur la possibilité pour tout citoyen de contester une loi, depuis mars 2010, par l'intermédiaire d'une "Question Prioritaire de Constitutionnalité" (QPC).

L'avocat des héritiers, Maître Thierry Levy, estime que "l'ordonnance était contraire aux principes fondamentaux du droit de la propriété", qui figure dans la Constitution. La confiscation relèverait donc d'une voie de fait et les petits-enfants de Louis Renault pourraient prétendre à une indemnisation. Le TGI doit maintenant décider si la demande de QPC de la famille Renault mérite d'être transmise à la Cour de Cassation, qui pourrait ensuite saisir le Conseil constitutionnel.

La demande des héritiers concernerait uniquement une possibilité d'indemnisation. Mais leurs adversaires voient en cette action judiciaire une nouvelle tentative de réhabilitation de leur ancêtre.

"Personne ne doit réécrire l'Histoire"

En face des plaignants, des intervenants volontaires comme la CGT-Métallurgie et une fédération d'anciens déportés s'opposent à la volonté des héritiers. L'avocat du syndicat, Maître Jean-Paul Teissonnière, déclare vouloir "empêcher que l'on modifie la vérité. Les usines Renault ont tourné à plein régime au profit de l'armée allemande, pendant toute la guerre. Personne ne doit réécrire l'Histoire". Pour les syndicalistes, cette nouvelle action en justice n'est que la suite logique d'une première tentative de réhabilitation entamée en 2010.

Sous l'impulsion des héritiers Renault, le Centre de Mémoire d'Oradour-sur-Glane, dans le Limousin, avait dû retirer de l'une de ses expositions une photo montrant Louis Renault aux côtés d'Adolf Hitler, au Salon de l'Automobile de Berlin en 1939. Le petit village, célèbre pour avoir été le théâtre du massacre de 642 de ses habitants par les SS, avait été condamné, le tribunal jugeant que la photo n'avait aucun lien direct avec le massacre.

Maître Thierry Levy affirme que l'action de la CGT est "sans aucun rapport avec le procès d'aujourd'hui. Ce n'est pas un procès en réhabilitation, mais un procès en indemnisation qui porte sur une question de droit : savoir si on pouvait nationaliser sans indemniser".

Même s'il reconnaît l'existence d'un "débat d'historien" sur le rôle de Renault dans la collaboration avec l'Allemagne nazie, Thierry Levy assure qu'il ne s'agit pas là "de la même chose. L'ordonnance de confiscation a méconnu le droit de la propriété, mais elle a aussi porté atteinte aux droits de la défense et à la présomption d'innoncence". Louis Renault avait été arrêté en juin 1944 et était mort un mois plus tard, sans procès.

Welcome 200GBP Bonus at William Hill here.

Derniers tweets

INFO - Miss Afrique du Sud est couronnée Miss Monde 2014

Fréquence ESJ