• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

Mahjoubi, Hidalgo, Brossat... ils défilent à la Marche des fiertés

DSC_6000.jpeg

INTERVIEWS – Anne Hidalgo, Mounir Mahjoubi, Ian Brossat... beaucoup de femmes et d'hommes politiques, entre autres, étaient présents à la Marche des fiertés 2018. Nous les avons rencontré.

 

Pour Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du Numérique, il était important d'être présent « en tant qu'homme du gouvernement » mais aussi « en tant que personne qui vient à la pride depuis plus de quinze ans ». Si l'on dénonce souvent de « coup de communication » la présence des politiques dans ce type d'événement, le Secrétaire d’État, lui, la revendique « moi je crois fort à la visibilité. » Et d'enchérir « Je crois que c'est important de montrer qu'on peut défiler à Paris dans la joie, dans la paix, et avec fierté, et qu'on peut se donner la main, qu'on peut s'embrasser, qu'on peut être très heureux ». Mounir Mahjoubi était notamment accompagné de Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, et de Christophe Castaner, Délégué général de La République En Marche.

 

 

« Plus que jamais réclamer ce goût de la liberté »

« Réclamer ce goût de la liberté mais aussi de l'égalité ». C'était le mot d'ordre d'Anne Hidalgo, maire de Paris, lors de la Marche des fiertés. Pour elle, cet événement a toute son importance. D'abord celle de prôner la liberté en « [permettant] de vivre pleinement ce que chacune et chacun est » mais aussi de mettre en lumière un droit à la « [protection] quand il y a des actes homophobes, quand la maladie survient, quand les accidents de la vie sont là ». Et à l'approche de la Marche des fiertés, les actes d'homophobie ont semblé se répéter. Pour la maire de Paris « nous devons être encore plus vigilants, encore plus présents, encore plus dans l'affirmation de l'égalité des droits ». Enfin, si Anne Hidalgo était présente, c'était aussi pour soutenir le droit à la PMA pour les femmes, « un sujet important pour moi ».

 

 

 

« Il y a encore beaucoup de combats à mener pour l'égalité »

Vingt ans que Ian Brossat, adjoint à la Maire de Paris, participe à la Marche des fiertés. Il se souvient : « à la première à laquelle j'ai participé, il n'y avait ni le PACS, ni le mariage pour tous ». Alors pour lui, cet événement est très important. S'il y a eu des progrès, c'est parce qu'il y a eu « des Marches des fiertés, parce qu'il y a eu des mobilisations, des gens pour les porter, des associations pour défendre l'égalité des droits ». Mais tout n'est pas encore gagné : « je viens ici à la fois pour célébrer ce chemin parcouru et pour dire aussi ce chemin qu'il y a à parcourir encore », mentionnant notamment la question de la PMA. Homme politique et homosexuel assumé, Ian Brossat « pense qu'il est important que des responsables politiques disent quelle est leur orientation sexuelle parce que du même coup ça banalise l'homosexualité, et je crois que c'est aussi ce qui peut contribuer à faire reculer l'homophobie dans notre pays ».

 

 

Interviews par Lucas Pierre et Benjamin Poulin

 

 

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos