• Slide FESJ 2015

Zazie : « La maladie est un combat infini »

DOHX5GOW0AAQgqV.jpg-large.jpeg

TÉLÉTHON - Le Téléthon a décidé de faire changer les choses cette année. Alors que cela faisait sept ans que les parrains se succédaient pour cet événement, cette fois-ci, c’est au tour de Zazie de prendre le relai.

 

L’ultime but de la chanteuse : Que le compteur tourne tout le week-end. Elle s’est lancée un défi, aider à récolter un maximum de dons, afin de subvenir aux besoins des enfants malades. Ce qui permettra aussi de faire avancer la recherche. Pour l’ancienne coach de The Voice, le Téléthon n’est pas quelque chose de triste : « C’est un peu une leçon de vie. Il faut relativiser par rapport à ceux qui sont réellement malades. Plutôt que de se dire, bon c’était mieux avant et ça va être pire après. Je vais m’atteler au présent, à la journée à ce que je peux faire. Et puis, je pense que ce n’est pas parce qu’on a une maladie, qu’on est cette maladie précisément. » 

Zazie insiste sur un mot en particulier : le partage. « Beaucoup pensent qu’on force le trait en disait que c’est une fête. Bien sûr qu’il y a des moments qui nous transpercent l’âme. Mais pour eux c’est vraiment la fête. Ils vont se faire beaux, ils vont être avec d’autres gens. Ils ont tout simplement de l’espoir. »

« C’est bien plus qu’un engagement d’un week-end. »

En tant que marraine de cette année, la chanteuse a souhaité comprendre l’univers des malades. Et aussi, de voir comment les recherches se passent tous les jours. Elle s’est donc rendue au Généthon, là où les maladies sont traitées. Maintenant qu’elle sait comment cela fonctionne, elle veut à tout prix transmettre ces informations aux autres. « Ils prennent la famille la journée, et ils se débrouillent pour que tous les soins soient faits en une journée. Parfois ça peut durer 4 heures, parfois moins. Mais c’est rassurant de voir qu’on est bien suivi si on a un enfant malade. » La mission de marraine du Téléthon sonnait comme une évidence pour elle. « Évidement, j’avais donné mon accord de principe. C’est bien plus qu’un engagement d’un week-end. Il faut être disponible physiquement et psychologique. Et cette année, c’était le bon moment pour moi. »

L’important pour Zazie est de relativiser par rapport à son quotidien : « Ça peut nous arriver d’être triste, mais on sait que c’est seulement temporaire. Alors que pour certains, la maladie est un combat infini. » En tout cas, la marraine espère faire changer les choses pour les années à venir. 

 

 

 

Derniers articles

Dernières vidéos