• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Printemps Solidaire : la voix des jeunes place de la Concorde

naive-new-beaters-photo-margaux-nakierwicz.png

REPORTAGE - Des centaines de milliers de personnes se sont réunies place de la Concorde, dimanche 17 septembre. Après les Champs Elysées en avril, le Printemps Solidaire a de nouveau tenu un géant « meeting-concert » pour défendre les 0,7.

Madeleine 14h. Des échos de musique résonnent dans les rues et éveillent la curiosité de certains. Quelques pas plus loin, la rue Royale semble bien vide pour un dimanche. La foule s’est comme évaporée. Mais où ? A l’angle de la rue Saint-Honoré se dresse un barrage : gendarmes en position, le contrôle est strict. Personne ne rentre sans être fouillé. Loin de décourager les curieux, des centaines de personnes envahissent la rue aux enseignes luxueuses. Au bout, l’Obélisque se dresse devant la scène. Le monde se presse, l’euphorie est palpable. Au milieu de ce décor historique, face à l’hôtel de Crillon, la foule se densifie. Sur scène la musique est lancée : « Il n’a pas dit bonjour ! Du coup il s’est fait niquer sa mère ! » Vald vient d’arriver. La foule, principalement jeune, répond en écho.

Après le rassemblement en avril qui avait réuni près de 500.000 personnes, le Printemps Solidaire a organisé un meeting concert géant place de la Concorde le 17 septembre. Le but ? Interpeller la sphère politique et le président de la République, Emmanuel Macron. La journée est rythmée entre artistes et speakers. L’un s’exprime grâce à la musique, l’autre avec son expérience. Le tout forme une même voix pour défendre les 0.7%. Mais qu’est-ce que ces 0,7% ?

L’union fait la force

Revenons cinquante ans en arrière. L’assemblée des Nations Unies votait pour que chaque pays économiquement avancé donne une part de ses richesses au développement des pays les moins avancés. Jan Tinbergen, prix Nobel de la paix, a estimé que 0,7% des richesses de chaque pays développé permettrait aux pays bénéficiaires de se développer durablement. 50 ans plus tard, la France n’a toujours pas tenu cet engagement. Lors de sa campagne électorale, Emmanuel Macron a signé l’Appel de Printemps Solidaire. Deux mois après son élection, le gouvernement a annoncé une baisse de l’Aide Publique au Développement : -141 millions d’euros. Réuni une première fois en avril sur les Champs Elysées, le Printemps Solidaire réitère place de la Concorde, artistes et speakers répondant toujours présent. Le groupe Naïve New Beaters, déjà là au printemps n’a pas hésité une seconde pour recommencer « jouer place de la Concorde et pour une telle cause ? On n’a pas longtemps hésité ! » L'ambiance est détendue, bon enfant. " Le seul moyen qu'on a de se faire entendre c'est la musique. Alors si déjà avec des concerts on peut interpeler le public, on a gagné quelque chose ». 

Agriculteur niçois, de par ses actes Cédric Herrou est devenu une figure emblématique du combat de l'aide aux migrants. " On m'a reproché de faire de la politique avec mes actions, alors que pour moi c’est naturel, et ça devrait l’être pour tous. ». Détendu, Cédric Herrou prend le temps de discuter. Est-ce qu’un tel évènement va réellement interpeler la sphère politique ? « On veut nous convaincre, qu’individuellement, on ne peut pas faire bouger les choses. Mais tous ensemble on a un vrai pouvoir. Mais ça on veut nous le faire oublier ».

Sur la place, les concerts battent leur plein. Le public en majorité jeune est réceptif. " Au début j'ai vu l'affiche pour le concert dans le métro. Je ne connaissais pas l'histoire des 0,7% je suis venue sans savoir. Mais je trouve ça cool de réunir autant de jeunes pour une telle cause." Adèle, près d'un foodtruck. " Surtout que, c'est nous les jeunes, l'avenir. C'est à nous de faire bouger les choses !" renchérit Mat, un inconnu passant par là.

Les concerts ont continué jusqu'au soir. Quelques gouttes de pluies n'ont pas suffit à déloger la foule qui n'a cessé de grandir. Printemps Solidaire, c'est 200.000 personnes qui se sont réunies dimanche pour une même cause : la lutte contre l'injustice et se battre contre les inégalités.

« Avec 0,38% de son RNB alloué à l’APD, la France est à la traîne et loin derrière ses voisins européens comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Si la France veut être en cohérence avec son histoire et ses valeurs humanistes, elle doit honorer sa promesse faite devant la communauté internationale il y a près de 50 ans. » Luc Barruet, porte-parole de Printemps Solidaire et fondateur de Solidarité Sida.

L’appel au Président, lancé par Printemps Solidaire le 1er février au Zenith, a dépassé à ce jour les 300 000 signatures.

Photo Fréquence ESJ/Margaux Narkiewicz

Derniers articles

Dernières vidéos