Guillaume Garot sur la loi séparatisme : “Ce texte est aveugle sur une grande partie des enjeux”

Guillaume_Garot_20h_Photo_Manon_Blangis_FESJ_2021.jpg

INTERVIEW / VIDÉO - L’ancien ministre à l'Agroalimentaire et aujourd’hui député socialiste s’est abstenu lors du vote du projet de loi confortant les principes républicains, mardi 16 février. Guillaume Garot a déploré le même jour, au micro de “20h, l”invité”, le manque de moyens alloués à l’éducation et au logement. “Une priorité”, selon lui, pour combattre le séparatisme.

 “C’est une abstention de responsabilité”, s’explique Guillaume Garot, quelques heures à peine après avoir participé au vote. Le projet de loi de la majorité sur les principes républicains a été adopté par les députés mardi 16 février. Le député PS de la Mayenne, Guillaume Garot, a refusé de voter pour. Selon lui, le texte n’allait pas assez loin. “Ce texte est aveugle sur une grande partie des enjeux”, commence-t-il. Même s’il lui reconnaît des “points positifs”, le député affirme qu’il faut “d’abord investir dans l’éducation pour combattre le séparatisme”.

“L’éducation est au commencement de tout”

Guillaume Garot en est certain : “il faut des moyens durables pour tous ces territoires qui ont trop longtemps été abandonnés”. L’ancien ministre de François Hollande parle ici des banlieues mais aussi “des territoires ruraux”. Des territoires “qui ont trop longtemps souffert du manque d’enseignants”. Un état des faits inacceptable quand “l’éducation est au commencement de tout”, rappelle le député. Davantage de moyens, donc, qui permettraient d’embaucher plus de professeurs, de dédoubler des classes et de réaliser un accompagnement et un suivi plus poussé dans ces régions où les perspectives sont souvent réduites. C’est là la priorité, selon Guillaume Garot, “si la République veut reconquérir les cœurs, représenter un avenir, un espoir”. Le député se garde toutefois de préciser le montant de l’augmentation qu’il voudrait voir allouer au ministère de l’Éducation nationale. Ce dernier bénéficie, encore en 2021, du plus gros budget du gouvernement avec plus de 55 milliards d’euros. 

“Davantage dans l’éducation comme dans le logement”

"On ne plus avoir des ghettos dont on ne peut pas sortir”, affirme Guillaume Garot. Selon lui, la concentration des foyers les plus pauvres au même endroit est, “bien évidemment”, un terreau du séparatisme islamiste. Pour le député PS, il faut donc investir dans le logement et travailler vers plus de “mixité sociale”. Il détaille donc un projet sur lequel travaillent les socialistes “pour être capable en 2022 de porter un vrai projet de transformation sociale” pour la France. Un projet qui se veut être “une espérance pour les Français”. 

Regardez l'interview en vidéo : 

Photo : Manon Blangis / Fréquence ESJ

Derniers articles