• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

Jonathan Kienzlen : « Emmanuel Macron va opposer les Français les uns contre les autres »

arton1016.jpeg

INTERVIEW - Mardi soir, dans 20h, l’invité, nous recevions Jonathan Kienzlen. Le premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste du Val-de-Marne s’est exprimé au sujet de la SNCF. Il est notamment favorable à l’ouverture à la concurrence pour les ligne à grande vitesse.

 

Le Premier ministre Edouard Philippe a fait savoir qu’il souhaitait réformer la SNCF. Il souhaite notamment délaisser le rôle de l’Etat et faire intervenir la concurrence. Jonathan Kienzlen se dit favorable à ce projet. C’est concernant les lignes régionales que le débat peut s’ouvrir. « Il faut vraiment réfléchir à l’avenir des lignes régionales » souligne-t-il. En effet, les lignes régionales non rentables peuvent être supprimées. « Le service public, ce n’est pas une question de rentabilité » conteste Jonathan Kienzlen. « Tout comme les mairies et les écoles, les gares sont des lieux de sociabilité. Il ne faut pas y toucher » rajoute-t-il. Si le projet aboutit complètement, le gouvernement va créer « une inégalité totale ». Selon Jonathan Kienzlen, « il y aura la France de la métropole et la France des petites villes. C’est impensable ». Finalement le risque d’ouvrir à la concurrence repose dans le fait qu’il est possible qu’une entreprise étrangère s’empare du dossier. La France, au niveau économique, n’y gagnerait rien. « Il faut respecter les règles européennes. Il y aura un appel d’offre » répond l’ancien membres d’IDF mobilités.

Jonathan Kienzlen est sûr d’une chose : le gouvernement est dans une stratégie « d’opposer les uns avec les autres. » Il prend comme exemple la baisse des APL pour les uns et la baisse de l’ISF pour les autres. « Mais ce n’est pas une surprise, les ministres chargés de ces dossiers sont des politiques de droite » riposte-t-il. « La politique d’Emmanuel Macron est une politique libérale, de droite » conclue Jonathan Kienzlen.

Jonathan kienzlen : « Luc Carvounas fait une campagne au plus près des militants »

Hier soir avait lieu un débat entre les 4 prétendants à la tête du Parti socialiste sur LCI. Les candidats sont : Olivier Faure, Luc Carvounas, Stephane Le Foll et Emmanuel Maurel. Jonathan Kienzlen soutient fièrement Luc Carvounas. « Il a commencé sa campagne dès novembre. Il a fait une campagne de terrain, au plus près des militants ». Luc Carvounas se dit franchement être dans l’opposition face à Emmanuel Macron. Il n’a d’ailleurs pas voté la confiance au gouvernement lors du discours de politique générale. Pour Jonathan Kienzlen, le PS est évidemment en période de crise. « C’est normal de perdre des militants après une défaite. Mais dans tous les cas, le PS n’est pas mort » conteste-t-il.

 

Derniers articles

Dernières vidéos