• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Carnet de voyage : Étape N°4, New Delhi

Inde.jpg

REPORTAGE - Capitale de l’Inde et de l’état Delhi, New Delhi est une ville récente. Elle existe seulement depuis un peu plus d’un siècle. Capitale politique et économique, New Delhi représente officieusement la ville des différences, du bruit et de la cohue. Voici la quatrième étape de ce voyage.

 

Avec plus de 21 millions d’habitants, New Delhi se trouve être la première fourmilière indienne. En son coeur, des milliers de paradoxes. Des rickshaws aux personnes, tous grouillent dans la capitale sans jamais s’arrêter. Surveillée et protégée par le majestueux dieu Hanuman, la ville bouille en pleine mousson et s’exalte lors de chaque célébration. Rencontré à Goa, Mayank a décidé de nous faire découvrir sa ville d’origine, sujette aux fantasmes ruraux et aux désillusions urbaines.

Le coeur de Mayank balance entre l’Inde, pays d’origine et l’Angleterre, pays d’expérience. Après une dizaine d’années passées à Londres entre routine et réjouissance, l’appel des origines le fait revenir en Inde auprès de sa mère, citoyenne delhiite. En plus de la portée affective, il travaille sur un projet se déroulant à New Delhi: le festival musical « Road to Ultra » - qui a eu lieu en septembre dernier. Passionné par la musique et ayant un faible pour la danse « shuffle », Mayank promeut l’événement dès qu’il le peut en dévoilant une playlist alléchante ou en dansant. En plus d’être un ami, il a été barman au Pappi Chulo de Goa puis notre guide à New Delhi, essayant de nous extraire de cette cohue incessante. Son hindi maternelle et sa connaissance intime de l’Inde rend la capitale moins bruyante, plus chantante. Plus mélodieuse. Même s’il est difficile de se déplacer compte tenu des milliers de voitures en perpétuel mouvement, il réussit à adoucir chaque trajet avec une anecdote ou avec un vice révélé.

New Delhi est une ville très singulière en Inde. Au-delà de son statut, la ville renferme de nombreuses disparités. Une femme en mini-jupe peut marcher à côté d’une femme en sari ou en hijab. De nombreux magasins luxueux décorent certaines rues avec comme principaux visiteurs de riches indiens vivant sans aucune limite. L’alcool coule à flot dans les boites de nuit tandis que l’eau peine à abonder dans certains bidonvilles avoisinants. D’une rare richesse patrimoniale, des mendiants supplient toujours aux abords de la tombe de Gandhi ou du temple du Lotus.

Aucune barrière ne semble exister entre lui et nous. Ni la langue ni l’envie. Malgré ses intuitions occidentales, de nombreux traits indiens se retrouvent en Mayank: la générosité et l’amitié. 

Derniers articles

Dernières vidéos