• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

"Les putes voilées n’iront jamais au Paradis !" de Chahdortt Djavann

maxresdefault.jpeg

CRITIQUE - Élevée « dans l’amour des livres et la détestation des mollahs », l’écrivaine iranienne Chahdortt Djavann honore son éducation. Entre Je viens d’ailleurs et Autoportrait de l’autre, le régime iranien reste au coeur de ses préoccupations. Il suscite critiques et tourmentes. Son nouvel ouvrage ne déroge pas à la règle. Son titre provocateur évoque un combat de longue date : Le port du voile, qu’elle considère comme une maltraitance, plus particulièrement chez les mineurs.

 

Les putes voilées n’iront jamais au Paradis ! retrace la vie de prostituées au pays des mollahs. Tandis que celles-ci risquent la lapidation et la peine de mort, Chahdortt Djavann a décidé d’évoquer leur sort. Bien qu’elle ai inventé ses personnages, le quotidien de ces derniers rappelle une réalité douloureuse pour ces « putes halal ». Alors que la charia gère la vie du pays, l’auteure souhaite rappeler l’hypocrisie des « gardiens de la paix », amateurs de sexe, pêché capital. Ce nouvel ouvrage dénonce un quotidien cauchemardesque. Toujours avec leurs tchadors - voiles noir, notamment porté en Iran -, ces prostituées ne peuvent avoir confiance en personne. Ni un voisin, ni une amie, ni un membre de sa famille. La délation sauverait du mal. Une critique acérée de l’Islam et du rapport avec « la femme » ne manquent pas d’alimenter son récit. Entre prostitution infantile tet viols, la société iranienne ferme consciemment les yeux. Chahdortt Djavann dresse donc le portrait glaçant d’une société où, pour les femmes, il est mortel d’être belle. Malgré la portée romanesque, la réalité transpire de ses lignes aux mots justes. Les putes voilées n’iront jamais au Paradis !  reste dans la continuité des oeuvres de l’auteure : engagé, poignant, authentique.

Photo : D.R

Derniers articles

Dernières vidéos