• Slide FESJ 2015

Lulu Gainsbourg : « J’essaie de voler de mes propres ailes »

c_1100_500_16777215_00_images_articles_lulu_gainsbourg_-_storytelling_-_photo_basatien_cochet.jpg

MUSIQUE - Lulu Gainsbourg était l’invité de Storytelling mercredi. Compositeur, musicien et acteur, il est revenu sur ses difficultés à trouver sa propre voix dans la musique tout en se détachant de la présence paternelle. Une voix qu’il semble aujourd’hui avoir trouvé.

 

Il a été, très tôt, bercé par la musique. « Dès les premiers mois de ma vie, j’étais en studio avec mon père ». Serge Gainsbourg ne lui a pas seulement inculqué cette passion qui coule désormais dans ses veines, il lui a aussi transmis son style, la musique classique. À quatre ans, Lulu joue d’un « instrument qui m'a toujours attiré », le piano. Tout au long de son enfance, la musique est omniprésente. Le spectre de son illustre père l’est tout autant. Serge et Lulu, destin parallèle lié par cette passion commune. Faire de la musique son métier et ainsi, suivre les traces de papa semblait donc être une évidence. Et pourtant, la décision n’interviendra que bien plus tard. « Cela fait huit ans aujourd’hui que j’ai décidé de vivre de la musique. Ce fameux déclic’ n’arrive qu’après Boston » et un passage par la prestigieuse Berklee College of Music. Diplôme en poche, Lulu reste tout de même rongé par l’incertitude et le flou sur la direction artistique à suivre. Mais la nature reprend rapidement ses droits. Il sort un premier album de reprise des chansons de Serge Gainsbourg. Une forme de « cadeau » destiné à son père avant de « voler de ses propres ailes » et de vivre de sa musique, celle qui lui est propre.

« J’aime être éclectique sur mon style musicale »

Lady Luck est le premier album de la nouvelle ère. Un galop d’essai en anglais pour mieux se détacher de son paternel : « ce n’est pas simple de chanter en français surtout quand votre père s’appelle Serge Gainsbourg ». Mais Lulu franchit tout de même ce cap avec T’es qu’il là. Un troisième album en français où le chanteur « assume sa voix » et dévoile sa musique. Un style éclectique où l’artiste explore de nombreux genres : de la pop à la funk en passant par une simple ballade, le tout agrémenté par des textes ironiques, aux jeux de mots multiples, signés Lilou, sa compagne, qui n’est pas étrangère dans ce renouveau artistique. Lilou et Lulu, duo de choc dans la vrai vie tout comme dans la musique où l’amour est un des thèmes principaux de l’opus.

Avec T’es qui là, Lulu s’épanouit enfin et souhaite continuer sur sa lancée. Un quatrième album « est en cours de mixage ». Un opus « surprenant » où le musicien et compositeur « impose son style » sans pour autant oublier sa formation classique, véritable héritage de son père « qui est aussi un joli patrimoine ».

Photo : Bastien Cochet / Fréquence ESJ

 

 

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos