Provence Studios : Hollywood en Provence

Provence_studios_Photo_Provence_studios_Accordok.jpeg

INTERVIEW - Situé au cœur de la région Provence Alpes Côtes d’Azur, à Martigues, Provence Studios est un des plus grands studios de tournage de France. L’infrastructure accueille tournage en tout genre et abrite plusieurs plateaux. Fréquence ESJ a rencontré le fondateur des studios, Olivier Marchetti.

Avec une superficie totale de 22 hectares et deux backlots, ou décors extérieurs, de 18 000 m2, Provence studios attire les plus grandes entreprises spécialisées dans la production et la distribution d’œuvres cinématographiques. Parmi elles, la compagnie américaine Netflix qui a choisi de tourner une partie de sa série américaine « Serpent Queen » d’avril à septembre prochain à Provence studios. Une série produite par Francis Lawrence, le fameux réalisateur des films « Hunger Games ».

Une infrastructure développée au service de l’écologie

Si ce lieu de tournage a pu s'imposer, c’est grâce au savoir-faire et aux compétences professionnelles et techniques de l’équipe, des ingénieurs aux cascadeurs. Mais les studios ont surtout pu voir le jour grâce à Olivier Marchetti, le fondateur et un homme d’affaires qui aime entreprendre. Olivier Marchetti sait faire avancer ses équipes grâce à sa force tranquille et sa joie de vivre. Il a d’ailleurs su adopter pour l’amélioration et la gestion de son entreprise une politique éco-responsable. Le gérant de Provence studios n’a pas hésité à intégrer le respect de l’environnement dans son entreprise. Des installations écologiques ont ainsi été mises en place : panneaux solaires, éclairages à LED, thalasso thermie ou encore une menuiserie pour récupérer et transformer les matériaux de décors voués à la destruction. L’eau de pluie est également récupérée à Provence studios et une soufflerie est disponible pour maintenir une température ambiante et chasser l’air chaud de manière naturelle. Des investissements importants dans une région qui abrite deux tiers des espèces végétales françaises et plus de dix espèces de mammifères marins. Ces gestes écolo pourront séduire des entrepreneurs de la région !

Provence studios bénéficie également d’un effet de levier économique considérable pour l’emploi grâce à son attractivité croissante pour les productions internationales.

« C’est plus le cinéma qui a choisi le site comme un lieu idéal de tournage que moi »

Olivier Marchetti, fondateur de Provence studios, est aussi membre du conseil de développement de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Il mène, en ce moment, le projet de transformer un entrepôt de logistique, à proximité de l’étang de Berre, en un des plus grands studios de tournage en superficie.

Fréquence ESJ : Vous êtes l’homme derrière Provence studios. Est-ce que vous pouvez nous raconter comment vous avez eu l’idée de créer un studio de cinéma à Martigues ?

Olivier Marchetti : L’histoire est assez longue. J’ai fait des études scientifiques, un chemin plus court, un BTS, pour des raisons personnelles. Après, j’ai intégré la boîte familiale et j’ai gravi les échelons pour me retrouver aux commandes de l’entreprise familiale spécialisée dans le transport et la logistique depuis plus de 20 ans. J’ai découvert le plaisir d’entreprendre.

Dû à certaines contraintes, j’ai décidé de céder l’entreprise et de réinvestir ailleurs. J’ai commencé à planifier et à piloter un nouveau projet puisque j’ai gardé un bâtiment à Martigues qui a servi d’infrastructure de tournage pour le réalisateur Didier Le Pêcheur. Et sa remarque comme quoi l’entrepôt serait parfait comme un studio de cinéma m’a mis la puce à l’oreille. C’était le point de départ d’une démarche entrepreneuriale pour développer l’idée. Puis il y a eu un enchainement de bons projets. Luc Besson s’installe chez nous pour des tournages, la société de production UGC images pour « Gaston Lagaffe », « les disparus du lac », la comédie française « Les Tuche », le film d’action « Overdrive »… En vrai, c’est plus le cinéma qui a choisi le site comme un lieu idéal de tournage que moi. Et j’en suis très heureux.

Qu’est ce qu’ils ont découvert comme atouts et ressources sur le site de Martigues que vous avez développé et aménagé pour fonder le plus grand studio du pays ?

La région est la destination la plus prisée pour ses paysages incroyables où se concentrent l’histoire, le patrimoine, la nature et surtout le climat méditerranéen. La lumière ici est incroyable ! On dispose aussi d’un effectif important d’intermittents professionnels grâce à la série « Plus belle la vie ». Toutes les conditions sont réunies pour réaliser des tournages aux meilleurs coûts.

Provence studios est une entreprise éco-responsable, c’était votre idée ?

J’étais dans le transport routier, pas forcément des supers écolos ! Mon cheminement vers une conscience écolo et la motivation, je les ai trouvés dans Provence Studios. Je me suis lancé dans des éco-défis et je suis passé à l’action. On a une chance dans la région d’être entouré par une majestueuse nature qui est aussi fragile. Une nouvelle graine verte fut alors semée dans ma conscience. Participer à ma petite échelle pour l’avenir de nos enfants, c’est important.

On a découvert sur le mur de votre site de tournage des fresques murales immenses, des œuvres uniques du Street art. On admire la qualité du travail fourni par les artistes. Vous vous êtes offert un service sur mesure avec vos goûts personnels ?

Je les admire aussi, je suis fan ! j’ai rencontré des équipes de Street art qui avaient le lieu pour s’exprimer avec des fresques géantes dédiées au cinéma. On retrouve des personnages comme Yoda, Harley Quinn, Terminator, Pulp Fiction… Le seul que j’ai demandé moi, c’est le portrait de Jean Paul Belmondo, le légendaire irremplaçable. On compte d’ailleurs organiser prochainement un festival de Streets art, dès que les conditions sanitaires le permettront.

Vivement une fresque à l’hommage du grand Fernandel ! Nous vous remercions, M. Olivier Marchetti d’avoir répondu à nos questions.

Merci à vous, et pourquoi pas RAIMU et Marcel Pagnol sur la même fresque.

 

Propos recueillis par Dalal Vincent.

Photo : Provence studios

Derniers articles